Interview entrepreneur du Village : Nicolas Corniglion, co-fondateur de Katcha

Katcha est une startup accompagnée par le Village by CA PCA. Ils proposent une application à destination des établissements touristiques.

Nous recevons Nicolas Corniglion, co-fondateur de Katcha.

🎙️ Ecouter le podcast en intégralité !

“Katcha est une société que j’ai fondée avec Nicolas Chasez. Nous avons créé une application mobile pour renforcer la convivialité au sein des établissements touristiques en leur offrant un outil de gestion de communication et d’animation.”

Qu’est ce qui t’as décidé à fonder Katcha ?

“J’ai une expérience professionnelle assez riche et diverse, on va dire que je sors une idée (pas toujours bonne) par semaine. Un soir, en 2018, je regardais une émission sur les croisières dont le thème était le métal, les gens y avaient créé une atmosphère conviviale et festive autour d’une passion tout au long de la croisière. C’est là que je me suis dit qu’il serait bien de créer un écosystème où les gens pourraient se retrouver autour de centres d’intérêts communs et partager une expérience de vacances ou de vie assez originale.

Avant de créer la société, j’ai essayé de trouver un secteur d’activité auquel appliquer ce concept-là.
Je pratique le camping depuis 35ans, j’ai vu ce milieu évoluer. Aujourd’hui, c’est du confort, plus de prestations et de services, c’est devenu du village vacances. Paradoxalement, aujourd’hui les gens reproduisent le même schéma qu’à leur domicile et ont tendance à s’isoler dans leur mobile-home tout confort, climatisé avec barbecue et jardin privatif, alors que la vocation du camping est de créer des rencontres autour d’apéros ou d’activités sportives. C’est comme ça que je me suis dit que le concept de regrouper des personnes autour d’intérêts commun avait vraiment sa place dans le monde du camping.

On a donc créé Katcha en avril 2019. On a fait de la veille pendant environ 6 mois pour vérifier que le concept n’était pas farfelu ou n’existait pas déjà. On s’est inscrits à beaucoup de salons professionnels en tant que visiteurs, on a lu beaucoup de presse, on a interrogé quelques directeurs d’établissements. On a constaté que cette application n’était pas encore un besoin, car les établissements n’étaient pas encore tout à fait prêts à accepter la digitalisation de leurs offres, mais l’idée était viable et avait du sens, c’est là qu’on s’est lancés. »

Tu as eu un retour favorable de l’écosystème ?

« Aujourd’hui, dans le milieu du camping précisément, avec tout ce qui a été investissement en matériel, complexes aquatiques, restauration, saunas, etc, ils ont tous des offres à peu près équivalentes. Ils cherchent des moyens de se démarquer les uns des autres. Aujourd’hui, le sujet de la digitalisation est majeur puisque sur environ 8000 campings en France, seuls 8% des établissements sont dotés d’une application mobile par exemple. Le covid a totalement changé les mentalités, le mot « application » qui était pratiquement un gros mot est devenu un besoin. »

Quelle est la proposition de valeur de Katcha ?

« On est un outil qui permet au directeur de l’établissement d’avoir un contact permanent avec son client. Les utilisateurs sont informés de toutes les actualités, services et bon plans, pour qu’ils ne ratent aucune opportunité de passer un bon séjour et d’avoir une relation avec le directeur d’établissement, ce qui fait que la notion de convivialité reprend sa place. »

Quelle a été la plus grande difficulté que tu as rencontrée ?

« Ca a été de faire comprendre aux directeurs l’utilité de ce genre d’outils parce que pour eux tout le monde se connaît, ils ne sont pas nécessaires. »

Est-ce que c’était la réalité ?

« C’est un milieu très particulier qui est ultra saisonnier, ils génèrent des chiffres d’affaires colossaux en 3 ou 4 mois, ce qui fait qu’ils ne se remettent pas en question, ne se demandent pas comment ils pourraient s’améliorer. »

Est-ce que c’est un milieu avec beaucoup de concurrence ?

« Il y a 3 catégories : les indépendants, les groupes et les franchisés. C’est plutôt difficile de rentrer sur le marché du camping, d’autant que plus qu’il y a 2 ou 3 grands groupes « agressifs » qui rachètent beaucoup de petits campings indépendants. Le nombre de franchises est assez stable. Il commence à y avoir également quelques importants groupes indépendants avec 50 à 150 établissements en nom propre. Le concurrence est donc assez fermée. »

Est-ce que aujourd’hui un camping est obligé de monter en puissance pour pouvoir survivre ?

« Aujourd’hui les petits indépendants ne peuvent plus se permettre de n’offrir que du terrain et un point d’eau comme avant. Certains touristes étrangers sont quand même attirés par le camping « nature » mais ils ne viennent plus en France depuis le début du Covid, la clientèle est aujourd’hui française à 80%. Sans un minimum de prestations proposées, les petits camping sont voués à fermer ou vendre. »

Est-ce que la pandémie a été un accélérateur vers la digitalisation ?

« C’est assez paradoxal puisque quand la crise a commencé à arriver, on l’a subie de plein fouet, c’est-à-dire qu’on avait commencé à essayer de déployer notre solution mais on a été confrontés au refus de l’ensemble de la profession touristique puisque les investissements étaient bloqués. On a quand même mis notre application à disposition de certains établissements gratuitement pour tester le concept. Même si le déploiement a été compliqué, le Covid nous a permis de rester seuls sur le marché puisque plus personne ne se lançait dans le tourisme, et a également bouleversé l’utilisation du numérique. Avec du recul, cette pandémie nous a aidés. »

Quel est, aujourd’hui, le business model de Katcha ?

« On a une application mobile couplée à un back office, on vend une licence annuelle à l’établissement (on a 3 tarifs, 850, 1150 et 1450€ HT, selon le nombre d’emplacements) puis on assure la formation et le suivi pendant la saison. Pour les grands groupes, on développe une application en marque blanche. »

Quels sont les premiers bénéfices qui ont été constatés par tes utilisateurs ?

« Ce qui ressort le plus concerne les animations puisque l’on peut les réserver par le biais de l’application alors qu’en général elles se réservent sur un bout de papier à l’accueil et l’animateur se balade avec sa liste à la main. Cela facilite la tâche des animateurs, désencombre l’accueil et permet aussi de bien respecter les jauges imposées en période Covid. On a également une messagerie interne qui permet de mieux gérer des problèmes des clients (comme une fuite dans un mobile-home) et donc améliorer leur expérience. »

A quel type d’établissements s’adresse ta solution ?

« Elle s’adresse aux hébergements touristiques comme les campings, les résidences vacances ou les hôtels, voire même les agences de voyages spécialisées dans les voyages d’intégration des étudiants. On ne s’interdit pas non plus de déployer Katcha dans des comités d’entreprises, collectivités ou autres. Ici on a choisi le camping puisqu’en France on a un parc d’environ 8500 établissements qui génère un chiffre d’affaire 2,5 milliards d’euros, c’est un secteur qui ne connaît pas la crise. »

Tu es accompagné par le Village depuis quelques mois déjà. Qu’est-ce qui t’a poussé à nous rejoindre et qu’as-tu pu tirer de cette expérience ?

« On s’est rendus compte assez vite que le réseau est primordial pour réussir. On avait entendu parler de vous et on avait rencontré Marie à la création de Katcha mais on n’était pas encore prêts à vous rejoindre. Quelques-uns de nos collègues qui étaient chez vous nous ont reparlé du Village un peu plus tard, on était assez mûrs pour basculer chez vous, on avait développé l’application et on s’était un peu cassé les dents sur le marché, sur les salons, il était temps pour Katcha de passer à un accompagnement vraiment qualitatif, en phase avec le terrain. »

Quels sont tes gros objectifs d’ici 1 à 2ans ?

« On veut déjà profiter de l’accompagnement du Village où on est coachés par Marie et Aurélien pour se déployer.

L’objectif pour 2022 est de compter au moins 100 établissement dans notre portefeuille, nous en avons actuellement 38 signés et une 40aine qui devraient l’être d’ici Février, on aimerait atteindre 8% du parc français. On aimerait aussi s’exporter à l’étranger, notamment en Espagne, en Italie et en Croatie qui ont de gros marchés autour du camping. On aimerait ensuite pouvoir étoffer l’équipe qui est assez petite (on a un alternant et un commercial qui nous accompagnent) pour pouvoir faire face à la demande et à la concurrence qui devient de plus en plus compétitive, et améliorer notre stratégie de communication et commerciale. Enfin, j’aimerais pouvoir travailler à temps plein pour Katcha. »

Est-ce que tu as un proverbe qui te tient à cœur ?

« En France on n’a peut-être pas de pétrole mais on a des idées ».

Vous pouvez retrouver l’actualité de Katcha sur le site web Katcha.io et leurs réseaux sociaux.

Accelerator of startups, Sophia Antipolis , Cote d’Azur , FRANCE . A Meeting place between startups, partners, experts and actors of innovation.

Accelerator of startups, Sophia Antipolis , Cote d’Azur , FRANCE . A Meeting place between startups, partners, experts and actors of innovation.